Missions Chiquitos : El Oriente
  

Missions Chiquitos : El Oriente

San José de Chiquitos, Bolivie le 22/03/2012

 

Ca y est, je reviens de ma semaine passée en « el Oriente », c'est toute la région nord de Santa Cruz. J'ai suivi comme prévu cette célèbre route d'un peu moins d'un millier de kilomètres traversant ces 6 villages « chiquitos » : San Javier, Concepción, San Ignacio, Santa Ana, San Rafael, puis retour par San Jose de Chiquitos jusqu'à mon point de départ Santa Cruz. Un bon p'tit bout de chemin comme meme !

Pour resituer un peu l'origine de cette route dans l'histoire, c'est en faite à la fin du 17e siècle que débute la création des Missions Jésuites sur le territoire bolivien. Alors que lors de la colonisation, le roi d'Espagne décida d'expulser les jésuites des Amériques, le remarquable travail des jésuites tomba à la merci des pillards et des profanateurs. La décadence fut immédiate en Argentine par exemple. En Bolivie cependant, leurs œuvres se maintiennent et se développent au fil des générations jusqu'actuellement.

Mais ces églises sont surtout célèbres pour leurs combinaisons de l'art baroque avec l'art autochtone. Cet art est encore embelli par le mélange des croyances, ce qui a donné comme résultat un art tout à fait original, que l'on peut encore observer 3 siècles après sa création. Les églises sont toutes composées de trois nefs et d'un toit fabriqué de bois simple soutenu par des piliers fort imposants fabriqués avec du bois « Cuchi » comme les habitants l'appellent ici. Ces piliers et le toit constituent un système autonome presque indépendant des murs. L'usage de la pierre volcanique dans certaines parties des édifices montre l'habilité artisanale des indigènes. Pour la majeure de la construction, ce sont des matériaux locaux qui ont été utilisés. Les historiens de l'art, et j'en connais certains que ca passionnerait, parle de style "baroque métis" mais moi j'avoue que ca me parle pas trop !!

Mais cette fameuse route traversant la selva oriente n'est pas seulement la découverte de ces églises et la place qu'elles prennent dans l'histoire de ce pays. C'est aussi la découverte d'une région tout a fait a part de Bolivie, d'une « selva » (jungle) qui as très peu de similitude avec celle que j'avais pu rencontrer il y a quelques mois au Nord de la Paz, a Rurrenabaque plus exactement. Ici, le climat est beaucoup plus sec, la végétation est moins dense, la majeure partir du territoire sont des plaines très plates, le reste étant formé de territoires plutôt vallonnés. Il y a des bois touffus et des « llanos » ou plaines dégagées avec une abondance de palmiers. Le territoire agricole est en partie consacré à l'élevage bovin ou l'exploitation forestière.

En fait, cette région doit son nom aux habitants natifs de la région, soit les « chiquitos » ou « chiquitanos ». Ah ici la moto est roi aussi ! C'est plus économique et puis en faite faut pas croire on peut en mettre du monde sur une moto... une famille de 4 ca passe en faite ! Tous ces villages étaient plutôt modestes, très souvent composés de maisons toutes simples en briques de terres séchés (ca conserve trés bien la fraicheur). Ils ne m'ont pas parus pauvres, ni en manque de confort, ils ont tout simplement besoin je crois, d'un peu moins choses que nous pour être heureux ! Nous on consomme et on jette, alors qu'eux, restaure et réutilise.

Cette semaine seule dans cette nouvelle région m'a permis aussi d'aller à la rencontre de ses habitants, questionnant, partageant un court ou long moment, discutant de choses et d'autre. En écrivant tout ca, je pense à Mario à Concepción qui m'expliquait sur un morceau de trottoir la vie de son village et le rôle de chacun, mais aussi à Luiz à San Rafael, tenant sa petite épicerie dans le village. Alors que je m'apprêtais seulement à faire quelques achats chez lui, j'ai fini mon aprem avec lui et son employé à jouer aux cartes sur une petite table a l'avant de son magasin ! Que j'ai perdu d'ailleurs!! Enfin, encore un accueil et une belle rencontre.

Mais il y a eu aussi tous ces enfants rentrant de l'école qui m'ont rejoint à l'arrière du pick up lorsque je voyageais vers San Rafael ! Oh on s'est bien marré d'ailleurs, ils étaient vraiment « cool » ! Et enfin, je me suis fait inviter à San Ignacio pour une partie de foot (le foot est une religion ici) avec les gamins du village un peu en contrebas prés du lac. C'était vraiment sympa et "fun"! Et puis, qu'est ce que ca fait du bien de courir un peu !

Ces rencontres auront vraiment marqué ma semaine.

En tout cas encore un grand bol d'air, la diversité des paysages que j'ai pu rencontrer était encore stupéfiante, mais c‘est aussi ce qui en fait la richesse de ce pays. Parfois je me croyais presque en Afrique avec ces chemins de terre ocre sillonant ces grandes plaines ! Ce mode de vie, ces rencontres et cette culture est tellement différente de celles que je peux rencontrer dans ces grandes villes boliviennes. Cette tranquillité et la proximité des habitants rendent ces régions attirantes et toujours très plaisantes. Je peux dire que cette route à travers la selva aura été une grande aventure ! Au final, 7 jours 5 villages 1000km pour 23heures de bus, une moyenne donc de 45 km/h ! On va dire que je n'ai pas été bousculé par la vitesse !! Mais ces bus 4x4 dans la jungle bolivienne, c'est vraiment à vivre!

Allez, suite au prochain épisode comme on dit, direction Tupiza dans quelques jours, dernière ville bolivienne que je souhaitais découvrir situé tout au sud du pays. Une vingtaine d'heures de bus m'attendent ! A ben oui, c'est le jeu...

PS : J'ai passé mon 200e jour cette semaine, ca fait drôle ! J'ai envoyé quelques photos des dernières semaines si ca vous dit d'y jeter un coup d'œil !

 

 

 

 

 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bolivie